Mercredi 7 Septembre

4 conseils pour bien se servir du DIP

Devenir franchisé
4 conseils pour bien se servir du DIP
  

Avant de signer votre contrat, vous recevrez un DIP – document d'information précontractuelle - de la part de votre franchiseur. Nombreuses sont les informations à composer ce document, qu'il faut absolument passer au crible. Voici quelques conseils.
 

Le document d'information précontractuelle – DIP - vous est normalement transmis après votre première rencontre avec le franchiseur et au moins 20 jours avant la signature de votre contrat. Une fois le DIP dans vos mains, il ne suffit pas de le survoler. Prenez bien le temps de le lire et exploitez-le pour sécuriser au maximum votre projet.

1. Le DIP est-il à jour ?


Avant de rentrer dans le détail, déterminez de quand datent les informations dans le document et faites rapidement le point sur celles qui doivent, selon la Loi Doubin (article L330-3 du Code du commerce), figurer obligatoirement dans le DIP. Parmi les plus essentielles, vous devez retrouver les comptes des deux derniers exercices du franchiseur, la liste des membres du réseau, un état local et général de marché mais aussi la liste des franchisés ayant quitté le réseau sur les 12 derniers mois ou encore le projet de contrat de franchise. Si des informations sont manquantes, demandez à votre franchiseur de vous les fournir.

2. Faites le point sur les sorties du réseau


Grâce au DIP, analysez le turn-over dans le réseau, autrement dit les franchisés qui ont quitté l'enseigne. La loi prévoit que votre futur franchiseur précise les mouvements des franchisés sur les 12 derniers mois ainsi que les raisons de leurs départs (radiation, non-renouvellement, liquidation judiciaire, etc.) Même s'il ne faut pas s'alarmer devant une liste de franchisés ayant mis un terme à leur contrat, il est nécessaire de comprendre quand et pourquoi ces interruptions ont eu lieu. Cette liste des membres du réseau doit vous permettre de déterminer la vitalité de l'enseigne. Pour cela, sélectionner plusieurs franchisés implantés sur des zones similaires à celle que vous visez et allez télécharger leurs bilans comptables sur des sites spécialisés tels que societe.com. Vous verrez ainsi si les franchisés sont rentables ou non, et donc si le concept est viable sur ce type de zone.

3. Appelez des franchisés !


La liste des franchisés doit aussi vous permettre de les contacter. Afin de les interroger sur leur ressenti, leur expérience et leurs conseils. Demandez-leur également comment le concept se porte face à la concurrence et s'ils sont satisfaits de l'accompagnement du franchiseur. Le DIP vous fournit aussi les résultats des deux derniers exercices de la société franchiseur. Ces chiffres permettent de vous en dire un peu plus sur la santé de l'enseigne. Un détail des investissements nécessaires à votre projet (droits d'entrée, redevances, formation, etc.) ainsi qu'un état local et général du marché sont également fournis. Là encore, il ne faut pas vous contenter des informations données par le document d'information précontractuelle. Il est donc important de faire votre propre étude de marché et de vous rendre sur le terrain pour analyser les flux de clients par exemple. 


4. Challengez le franchiseur 


Si après avoir lu le DIP, des zones de flous persistent : interrogez le franchiseur ! S'il ne répond pas honnêtement à vos questions, prudence. Il ne doit pas y avoir de sujets tabous. Aussi, ne tombez pas sous le charme des promesses inconsidérées de l'enseigne que vous visez. Attention également aux réseaux qui vous poussent à signer, sous peine de perdre l'exclusivité de la zone que vous visiez. Pour éviter les déconvenues, n'hésitez pas à vous faire accompagner. Que cela soit par un avocat, un expert-comptable ou bien un cabinet de géomarketing. 
Autant d'interlocuteurs présents sur le salon Franchise Expo Paris qui se tiendra du 19 au 22 mars prochain.