• 26-29 Sept. 2021
  • Porte de Versailles

Success stories

Le salon Franchise Expo Paris nous a permis de conforter notre choix et désormais le franchiseur nous conforte dans notre reconversion !

Après une carrière menée dans le commerce industriel en tant que directeur commercial, Xavier Bardeau s’est reconverti en ouvrant une agence immobilière sous enseigne ERA Immobilier, en association avec l’un de ses amis. « Après 16 ans, j’avais fait le tour de mon précédent métier et j’avais envie d’être libre de mettre mes idées à profit. » En mars 2018, son associé, Damien OSWALD, visite le salon Franchise Expo espérant rencontrer la bonne enseigne sur le secteur choisi : l’immobilier. « Lors du salon, le courant est tout de suite très bien passé avec ERA. Nous avons apprécié leurs méthodes tout comme les outils qu’ils nous proposaient. Et cerise sur le gâteau, la ville de Strasbourg était disponible. » Il se passe ensuite presque une année avant l’ouverture de l’agence. « Une année durant laquelle nous avons finalisé toutes les démarches administratives, suivi notre formation, cherché notre emplacement… » Le 7 juillet 2019, l’agence ERA Immobilier de Damien Oswald et Xavier Bardeau ouvre ses portes à Strasbourg.

 « En appliquant les méthodes et grâce à l’accompagnement du réseau, tout s’est bien passé. Nous avons rapidement dépassé notre prévisionnel. » Depuis, l’agence est en développement continu et Xavier Bardeau et son associé passent à l’étape supérieure avec l’ouverture d’un second point de vente prévue en janvier 2022. « Le salon Franchise Expo nous a permis de conforter notre choix et désormais le franchiseur nous conforte dans notre reconversion ! »

Xavier Bardeau, 41 ans, franchisé ERA Immobilier depuis juillet 2019 à Strasbourg 

Ce qui m’a décidée, c’est d'être indépendante et autonome, tout en ayant le support d’un groupe

Avant de devenir franchisée Yves Rocher en région parisienne, Marie-Christine Marques a effectué toute sa carrière professionnelle chez un succursaliste dans le domaine de l’esthétique et des cosmétiques, terminant au poste de directrice régionale. Il y a deux ans, la future franchisée remet sa carrière en question. Et l’envie de faire quelque chose pour soi se dessine. « D’emblée, j’ai pensé à la franchise et je me suis rendue sur le salon Franchise Expo en mars 2019, sélectionnant au préalable quelques enseignes du secteur des cosmétiques sur lequel je souhaitais entreprendre. » C’est sur le stand d’Yves Rocher que sa visite démarre… et c’est un coup de cœur ! « C’est une enseigne que j’estimais déjà et les premiers échanges se sont très bien passés. » Pour autant, cette visite sème le doute dans l’esprit de Marie-Christine qui n’est plus sûre de vouloir se lancer. Elle recontacte finalement Yves Rocher pour postuler en tant que chef de secteur, mais aucun poste n’est disponible. Marie-Christine, après un long entretien avec l’enseigne, devient finalement franchisée en ouvrant son point de vente en juin 2020 à Brétigny-sur-Orge ! 

« Ce qui m’a décidée, c’est de pouvoir être indépendante et autonome, ce dont j’avais envie, tout en ayant le support d’un groupe. » Dans son parcours, le salon a permis à Marie-Christine de mieux comprendre les enjeux et les fondamentaux de la franchise. L’enseigne a ensuite pris le relai « avec un programme de formation et d’intégration qui est incroyable par son contenu et sa diversité. » Pour Marie-Christine, qui était frileuse à l’idée de se lancer, cet accompagnement, qui se poursuit après l’ouverture, vaut de l’or et constitue réellement le point fort d’Yves Rocher. « Le partenariat avec Yves Rocher repose aussi sur une grande écoute et me permet d’envisager l’avenir avec optimisme, avec l’idée d’ouvrir d’autres instituts avec la marque. »

Marie-Christine Marques, 48 ans, franchisée Yves Rocher à Brétigny-sur-Orge depuis un an

Franchise Expo nous a permis de rencontrer physiquement notre franchiseur

Anciens gérants mandataires dans l’univers de la décoration, de l’ameublement, du jardin et des idées cadeaux en région PACA, Christilla et Nicolas Aparisi ont toujours exercé en couple. « Après plus de dix ans passés au sein de la même enseigne, nous avions envie de changement et surtout de monter notre propre projet ! » Leur idée : continuer à travailler en couple et trouver une franchise qui corresponde à l’apport personnel constitué durant leurs onze années de gérance. « Avec la franchise, nous avions envie de valoriser tout le travail fourni ces dix dernières années, ce qui n’était pas possible avec le statut de gérant mandataire. » Christilla et Nicolas démarrent leur recherche sur Internet et en se rendant au salon Franchise Expo. Lors de la manifestation, ils peuvent rencontrer le franchiseur Gautier, préalablement contacté par mail, et décident d’entreprendre avec l’enseigne qui leur permet de mettre à profit leur compétence acquise sur le marché de la décoration et de l’ameublement. « Profitant d’une grande notoriété et de la force d’un groupe, Gautier nous a séduits grâce au Made in France et sa volonté de respect de l’environnement, mais aussi grâce à ses valeurs humaines. Aujourd’hui, l’enseigne nous accompagne dans nos animations commerciales, notre communication et dans notre développement.» 

« Nous avons mis deux ans pour faire aboutir notre projet, essentiellement freinés par la difficulté de trouver un local sur notre zone d’exploitation. Mais là encore, le franchiseur nous a formidablement bien accompagnés. » Ouvert en septembre 2019, leur magasin d’Aix-en-Provence a dépassé de 50% le prévisionnel lors de sa réouverture après le confinement. Une belle aventure qui ne demande qu’à se poursuivre !

Christilla et Nicolas Aparisi, 35 et 37 ans, franchisés Gautier depuis septembre 2019 à Aix-en-Provence

Franchise Expo est l’endroit idéal pour faire de la veille de nouveaux concepts !

De formation commerciale, Nagi Saab, 50 ans, a toujours dirigé des entreprises, dans la distribution spécialisée dans un premier temps, puis dans la communication avec une agence dédiée aux TPE et PME. « Polyvalent, avec des compétences graphiques, digitales et d’analyses stratégiques, j’ai aussi développé un savoir-faire en matière de e-commerce. Peu à peu, j’ai réalisé de plus en plus de volumes avec des demandes de print et de signalétique, en externalisant ces missions. Et c’est sur le salon Franchise Expo que j’ai rencontré l’enseigne Signarama. Pour moi, cela faisait sens d’intégrer complètement la production de ce type de supports qui représentent 80% des besoins de mes clients. ». « Je suis en veille permanente de nouveaux concepts liés à mon métier. Et le salon de la franchise constitue l’endroit idéal pour cela. Si je connaissais déjà Signarama, la rencontre avec l’enseigne m’a permis d’approfondir mon projet et m’a conforté dans mon choix. Leader mondial du secteur, ce réseau d’origine américaine compte plus de 1 000 boutiques dans le monde et propose un catalogue de produits extrêmement riche, en nouant de vraies relations avec les fournisseurs. » 

Franchisé depuis mars 2021 de l’enseigne Signarama, Nagi Saab se veut optimiste et donne un conseil à ceux qui voudraient créer leur entreprise. « La tentation est forte de trouver l’idée géniale et de la lancer en mode start up. Or, il existe de nombreux métiers assez simples, particulièrement adaptés à la franchise. En choisissant ce mode de développement, on peut être autonome très rapidement tout en étant entouré. Dans mon cas, j’aurais pu créer cette activité seul mais il aurait fallu que je trouve et rencontre 400 fournisseurs, sans bénéficier de l’effet de groupe et du savoir-faire de l’enseigne. »

Nagi Saab, 50 ans, franchisé Signarama depuis mars 2021 en Loire-Atlantique

Si la franchise a un coût, quand je pèse le pour et le contre, je ne me pose plus la question.

Avant de prendre la tête de son agence APEF en 2008, Christine Sevestre était contrôleuse de gestion dans une entreprise prestataire de services. Suite à un rachat de la société dans laquelle elle travaillait, Christine négocie son départ. Ses indemnités en poche, elle réfléchit à son avenir. Après avoir découvert l’univers des services à la personne, elle part à la découverte du secteur à l’occasion du salon Franchise Expo de mars 2008. Son idée : prendre du temps pour échanger, se renseigner, et découvrir des structures dédiées aux SAP, mais aussi dans l’univers du sport. « J’ai rencontré beaucoup de franchiseurs et je me suis longuement arrêtée sur le stand de l’APEF, tout en échangeant avec deux autres enseignes de services à la personne. Suite au salon, qui m’a donné l’occasion d’approfondir ma démarche et d’entrer en contact avec les bons acteurs, j’ai eu de nombreux échanges téléphoniques avec le service développement de l’APEF. J’ai ensuite eu l’occasion de rencontrer un franchisé en juin, puis un second peu de temps après. » Et dès le mois suivant, Christine signe son contrat, séduite et rassurée par le concept. 

En 13 ans, Christine ouvre deux agences. La première en août 2008 à Orsay, suivie en 2011 de celle de Sainte-Geneviève-des-Bois. Alors qu’elle vient récemment de renouveler son contrat de franchise pour ses deux unités, Christine a grandi en même temps que le réseau. « L’enseigne s’est développée, mais nous bénéficions d’un suivi encore plus fort. Nous disposons de tous les services nécessaires pour nous aider. Je ne regrette pas mon choix. Si la franchise a un coût, quand je pèse le pour et le contre, je ne me pose plus la question. Et c’est pour cela que j’ai renouvelé avec plaisir mes contrats. » Christine juge son métier porteur, malgré les difficultés de recrutement, et pense même à ouvrir une troisième agence. Quand on aime, on ne compte pas ! 

Christine Sevestre, 47 ans, franchisée APEF à Orsay et Sainte-Geneviève-des-Bois depuis 2008

Nous avons un accueil très chaleureux, et un bon feeling avec les personnes rencontrées.

Nicolas Taravant, 42 ans, a passé 20 ans de sa carrière professionnelle dans le monde de la vente automobile. Et puis, avec sa compagne Mylène, ils ont eu envie de se lancer dans l’entrepreneuriat. Tous deux ont un souhait : être accompagnés et soutenus. La franchise sonne comme une évidence. La visite du salon Franchise Expo en mars 2019 aussi. Ils s’y rendent avec une idée précise du secteur sur lequel ils désirent se lancer : la cuisine. « Dans cet univers, on rentre dans l’intimité des gens qui réalisent un achat plaisir. C’est aussi un secteur en pleine croissance, très porteur », indique le franchisé. Le premier stand sur lequel ils s’arrêtent est celui de Cuisine Plus. « Nous avons un accueil très chaleureux, et un bon feeling avec les personnes rencontrées. » Les deux porteurs de projet continuent leur tour dans les allées et abordent la concurrence. « Mais Cuisine Plus avait retenu notre attention et c’est aussi ce réseau qui a été le plus réactif. » En effet, la semaine suivant le salon un deuxième rendez-vous est organisé. Dans la foulée, le contrat de franchise est signé et la société créée. 

« Nous avons ouvert notre point de vente à Bayonne le 19 décembre 2019 et réalisé un très bon démarrage avec des premiers résultats bien supérieurs à notre prévisionnel. Et puis la pandémie est arrivée, mais nous avons toujours été soutenus et accompagnés et nous sommes prêts pour la reprise. » Elu au GTE (Groupe Travail Enseigne), Nicolas a de fortes ambitions avec l’enseigne. « Nous comptons ouvrir un deuxième magasin l’année prochaine puis continuer à nous développer. C’est aussi pour cela que nous avons choisi Cuisine Plus. Ce réseau est en pleine expansion et nous sommes arrivés au bon moment pour grandir avec lui. L’enseigne est optimiste et nous aussi ! »

Nicolas Taravant, 42 ans, franchisé Cuisine Plus avec sa compagne Mylène à Bayonne depuis décembre 2019

Franchise Expo m’a permis de mettre un visage sur un nom et d’avancer dans mon projet !

L’Onglerie, c’est un réseau que Nina Mottola connaît particulièrement bien, car elle y a travaillé durant 12 ans en tant que salariée avant d’en devenir franchisée. Employée d’un centre durant sept ans, puis responsable de l’unité de Nation, à Paris, Nina s’était lancée un pari : celui de devenir franchisée pour ses 30 ans. Pari tenu ! Et c’est tout naturellement vers L’Onglerie qu’elle s’est tournée pour créer sa franchise. « Une fois qu’on y a travaillé, on ne peut pas quitter cette enseigne ! Il y règne une ambiance familiale et je n’aurais pas voulu travailler avec d’autres produits ni d’autres marques. C’était comme une évidence de me lancer avec ce réseau que je connaissais bien et qui reste le leader français, tout en profitant de 38 années d’expérience sur son marché. » Bien intégrée à l’enseigne, elle n’a toutefois jamais rencontré deux de ses dirigeants avant de s’engager à signer en franchise. C’est le salon Franchise Expo en mars 2019 qui va lui donner cette opportunité. « J’ai pu rencontrer Laurent Treuil et Laurence Py Révolte et avancer sur mon projet. »

Ce sera finalement une opportunité de reprise d’un centre à Courbevoie que Nina va saisir. « Le centre était à vendre. Si ce n’est pas le secteur que j’aurais d’emblée choisi, être à Courbevoie à proximité du quartier d’affaires de La Défense m’a semblé très porteur. » Nina ne s’est pas trompée. Elle vient d’engager une deuxième employée pour l’épauler et espère pourvoir rapidement compter sur deux autres personnes. Pour à terme, pouvoir déléguer et ouvrir une deuxième franchise !

A ceux qui souhaiteraient se lancer, Nina livre un conseil : « Il faut toujours croire en son projet et s’investir à fond. Et si l’envie de rejoindre L’Onglerie est là, il faut avant tout avoir la passion du métier et ne pas simplement penser en termes d’investissement. » A bon entendeur !

Nina Mottola, 31 ans, franchisée L’Onglerie à Courbevoie depuis moins d’un an

Cet accompagnement nous a permis de réussir à faire une très belle première année malgré la Covid.

Avant de rejoindre la franchise de services à la personne O2, Mélanie Retiere et Claire Bastien ont travaillé ensemble dans une entreprise de vente à domicile, la première dans le développement produit/achat/approvisionnement/logistique et communication et animation du réseau pour la seconde. A la faveur d’un changement de direction, les deux collègues et amies décident de prendre leur envol. « A la veille de nos 40 ans, nous avions toutes les deux très envie de continuer à travailler ensemble. L’entrepreneuriat est arrivé comme une solution pour continuer à faire fonctionner notre binôme qui marchait bien depuis huit ans. » Démarchée par un concurrent d’O2 sur un réseau social professionnel, Claire propose à Mélanie de se renseigner sur l’univers du service à la personne, un secteur qui prenait tout son sens par rapport à leur expérience passée. « Dans notre ancienne activité, le cœur du métier reposait sur les vendeuses et donc sur l’humain. Faire le choix des services à la personne, c’était continuer à placer l’humain au centre de nos préoccupations. »

 Alors qu’elles n’y avaient jamais mis les pieds, Mélanie et Claire se rendent au salon Franchise Expo en mars 2019, après avoir pris rendez-vous en amont avec la structure qui les avait démarchées et 02. . « Il nous était impossible de faire l’impasse sur 02, leader du marché. » Sur le stand de l’enseigne, les deux futures franchisées ont un vrai coup de cœur, réciproque, avec la Directrice du développement du réseau. Le concept, beaucoup plus cadré que celui du concurrent rencontré, correspond à leur attente de multi-services. L’aventure démarre ! Mi-juillet 2019, Mélanie et Claire signent donc leur contrat. « 02 a toujours été très présent. Cet accompagnement nous a permis de réussir à faire une très belle première année malgré la Covid. Nous n’avons aucun regret d’avoir choisi le réseau O2. » Associée à la tête de leur franchise, Mélanie et Claire veulent poursuivre sur leur lancée avec leur première agence et dans un second temps développer leur activité avec une deuxième structure. Pour les deux franchisées, le salon Franchise Expo a été déterminant dans le choix de l’enseigne. « Echanger physiquement avec 02 nous a permis d’échanger de manière constructive et de se séduire mutuellement ! Il n’y a rien de mieux qu’une vraie rencontre pour savoir si on est en ligne avec les valeurs d’un réseau.»

Mélanie Retiere et Claire Bastien, 40 ans, franchisées 02 à Carquefou depuis 18 mois

Grâce à Franchise Expo, j’avais tous les autres réseaux à portée de main !

Ancien gérant d’une boîte de nuit, Nathanaël Toubiana voulait gérer sa propre affaire. Sans idée précise, il décide de venir au salon Franchise Expo Paris afin de trouver la bonne idée. « Issu d’une Ecole de Commerce, j’avais de bonnes bases en gestion, mais je voulais m’appuyer sur un savoir-faire formalisé. Durant mes études, j’avais pu étudier des dossiers de franchises en trouvant ce système d’entrepreneuriat très intéressant puisqu’il permet d’être indépendant tout en s’appuyant sur une force collective. » Dans les allées de Franchise Expo Paris, Nathanaël Toubiana tombe sur l’enseigne Waffle Factory qui, malgré ses 20 ans d’expérience, propose un concept jeune et dans l’air du temps. « L’avantage du réseau, c’est qu’il laisse aux franchisés la possibilité d’apporter leurs idées pour faire grandir l’enseigne. Quand je suis venu sur le salon en 2018, j’avais une enseigne de café en tête. Et la rencontre physique avec l’enseigne s’est mal passée. Grâce à Franchise Expo Paris, j’avais tous les autres réseaux à portée de main ! Et c’est sur un stand tout proche que j’ai pu converser avec Waffle Factory. Durant plus de deux heures, les échanges ont fusé. Et l’aventure a démarré ! »

Pile un an après, Nathanaël Toubiana porte les couleurs de Waffle Factory à Marseille. Et développe encore un an plus tard, fin 2020, son activité avec une deuxième unité, toujours à Marseille. « Fort du succès de notre premier établissement, nous avons réussi à en créer un deuxième. En trois mois cette fois, ce nouveau projet a vu le jour. C’est allé très vite ! » Plus jeune franchisé du réseau, Nathanaël siège au conseil de la franchise. « Je peux apporter mes idées, notamment sur les aspects technologiques. Et cette franchise demeure familiale, avec une grande proximité dans les échanges. Enfin, nous travaillons un produit simple, qui plaît et qui ne se démodera pas. L’avenir s’annonce bien ! » 

Nathanaël Toubiana, 30 ans, franchisé Waffle Factory depuis 2018 à Marseille

Ils se sont fixés l’objectif de diversifier leur activité en ouvrant au moins un magasin chaque année.

Jeunes entrepreneurs et avant tout amis, Thibaut Oddou, 31 ans, et Bryan Delevaux, 28 ans, n’ont pas choisi la franchise par hasard. Car s’ils étaient tous deux consultants avant de devenir franchisés, l’un dans le domaine du marketing digital, l’autre dans la promotion immobilière, c’est un modèle de développement déjà choisi par plusieurs membres de la famille de Thibaut. Rodés à la création d’entreprise grâce à deux projets menés dans l’immobilier et le champagne, nos deux jeunes patrons se sont rendus durant trois années consécutives au salon Franchise Expo pour trouver la bonne idée. « La première année, nous n’avions pas encore constitué notre capital et nous sommes allés y chercher des tendances et des informations. Les deux années suivantes, ayant réuni notre apport personnel, nous avons rencontré un maximum d’enseignes dans trois univers : les salles de sport, l’optique et la cuisine. » Sceptiques sur le potentiel des deux premiers marchés, les deux jeunes franchisés s’orientent vers le segment porteur de la cuisine équipée, après avoir échangé avec tous les acteurs présents sur le salon.

« Cet univers remplissait pas mal de nos critères : un besoin en fonds de roulement négatif, pas de stock à gérer et un excellent ratio entre apport et retour sur investissement. ». Enseigne familiale, proche de ses franchisés, Aviva séduit les deux jeunes franchisés. « Au sein d’un réseau d’une centaine de magasins, les deux co-fondateurs sont toujours disponibles pour répondre personnellement à la moindre de nos questions. Tous deux rencontrent également chaque franchisé avant même qu’ils aient signé leur contrat et validé le process d’ouverture de magasin. » Thibaut et Bryan ouvrent ensemble un premier magasin à Melun en octobre 2020, puis un deuxième à Orgeval, deux mois plus tard. Ravis, ils explosent leur prévisionnel. Portés par cette première expérience de la franchise, ils désirent tous deux la poursuivre et se sont fixés l’objectif de diversifier leur activité en ouvrant au moins un magasin chaque année à partir de 2022. Et pour trouver de nouvelles idées et des business porteurs, ils comptent bien à nouveau fouler les allées de Franchise Expo en septembre prochain !'

Thibaut Oddou ey Bryan Delevaux, 31 et 28 ans, franchisé AvivA depuis 2020 à Melun et Orgeval

Si je devais conseiller un futur franchisé, je lui dirais de ne pas hésiter à se lancer sur ce marché de niche

"Quand mon entreprise a été rachetée, je me suis demandé vers quel domaine aller. Passionné par les ressources humaines, j’ai repris mes études et entrepris une formation sur ce secteur. Naturellement, j’ai pensé au monde du travail temporaire. Je me suis intéressé à une franchise du secteur que je connaissais et c’est en allant signer mon contrat avec cette enseigne sur le salon Franchise Expo Paris que j’ai rencontré les fondateurs de Dom et Vie en arpentant les allées … Le feeling est très bien passé et cette rencontre a remis mon projet en question. Je ne connaissais pas du tout le marché des services aux seniors et j’ai d’emblée entrevu l’énorme potentiel de croissance. Devant effectuer un aller/retour entre le salon et mon domicile, j’ai eu une heure de réflexion pour repenser mon avenir professionnel. Un mois après le salon Franchise Expo, je signais mon contrat avec Dom et Vie. Cette rencontre inopinée sur le salon a donc bouleversé tous mes plans, pour le meilleur !

En 2014, je suis donc devenu le deuxième franchisé du réseau et ce fut le début d’une incroyable aventure humaine. Depuis cinq ans, mon agence du Val-de-Marne compte dans le Top 3 du réseau et la franchise m’a confié un poste de consultant externe. Notre métier est très riche humainement, avec une énorme valeur ajoutée en termes d’éthique, sur un marché extrêmement porteur. Pour moi, nous n’en sommes qu’au balbutiement de l’enseigne. Les perspectives sont incroyables et je suis convaincu que le nom de Dom et Vie va rayonner dans les années à venir. Si je devais conseiller un futur franchisé, je lui dirais de ne pas hésiter à se lancer sur ce marché de niche et à faire confiance au savoir-faire et à la bienveillance de la tête de réseau Dom et Vie. La demande est là et les franchisés sont particulièrement bien accompagnés. Je leur dirais aussi d’aller visiter le salon Franchise Expo, un événement sans qui ma carrière actuelle ne serait pas la même. ''

Christophe Mourlon, 43 ans, franchisé Dom et Vie depuis 2014 dans le Val-de-Marne

Je suis entièrement satisfait de ma reconversion, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée !

"Après une carrière commerciale dans la grande distribution, puis dans un organisme proposant des formations aux salariés des services à la personne, j’ai été licencié à la faveur d’un plan de restructuration interne. Au sein de cette entreprise, mes clients étaient des agences et des structures dédiées à la garde d’enfants. Naturellement, je suis entré en contact avec un de mes anciens clients pour préparer ma prochaine carrière, en l’occurrence Claire Lanneau, la fondatrice de Babychou Services. Après un bref échange téléphonique, elle m’a invitée à la rencontrer sur le salon Franchise Expo, en mars 2017. Deux mois plus tard, j’effectuais ma formation au sein de l’enseigne avant de signer mon contrat de franchise le 8 juin, jour de la naissance de mon fils ! Je connaissais bien l’univers de la garde d’enfants et le réseau Babychou Services correspondait parfaitement à mes valeurs, à ma manière de travailler et à l’idée que je me faisais de l’entrepreneuriat en franchise. J’étais déjà venu au salon Franchise Expo pour rencontrer et prospecter de nouveaux clients dans le cadre de mes anciennes fonctions. 

Cette fois, concrètement, ma visite m’a permis de rencontrer et d’échanger avec d’autres agences du réseau mais aussi de rencontrer le développeur qui accompagne les nouveaux franchisés de l’enseigne afin de travailler sur mon projet et sa faisabilité. Après ma visite, ma décision était prise à 80%. Je me suis installé à Fréjus en juin 2017 et aujourd’hui, malgré la crise sanitaire, mon agence a maintenu son chiffre d’affaires de 2019. Je suis entièrement satisfait de ma reconversion, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée ! Désormais, je travaille pour moi mais je ne suis pas seul. Le réseau apporte une grande force et je suis heureux de transmettre mon savoir aux nouveaux franchisés. Si j’avais d’ailleurs un conseil à leur donner, ce serait d’aller sur le salon Franchise Expo. C’est un lieu qui permet de concrétiser ces idées et de rencontrer tous les interlocuteurs permettant de monter son projet. A l’inverse, en panne d’idées, c’est l’endroit idéal pour trouver le bon concept pour créer son entreprise !  ''

Davy Rodrigues, 43 ans, franchisé Babychou Services depuis 2017 à Fréjus

Rendez-vous le mardi 27 juillet pour découvrir une nouvelle Success Story !

Et si vous aussi, vous souhaitez vivre une Success Story comme nos franchisés, commandez votre badge et venez visiter le salon Franchise Expo Paris.